google.com, pub-6624278383889177, DIRECT, f08c47fec0942fa0

Affrontement dans le Nord-Kivu entre les armées congolaises et rwandaises.


19 octobre 2021 - 210 vues

Les FARDC prétendent avoir rejeté une intrusion de la Force de défense rwandaise (RDF). Du côté rwandais, il s'agit d'un petit incident à la frontière terrestre entre les deux pays causé par un malentendu entre les deux parties. Que s’est-il réellement passé ?

D'après l'armée congolaise, une compagnie des forces armées rwandaises a perquisitionné Kibumba. On dit qu'il s'est approché d'environ 200 mètres de la route nationale 2 et qu'il a occupé brièvement six villages. 

Sans mentionner la cause de cet incident, le porte-parole des FARDC dans la région rapporte aussi des scènes de pillages qui auraient été commis par l'armée rwandaise.

Vincent Karega, ambassadeur rwandais stationné à Kinshasa, balaie cette version, minimise l'incident et dément toute incursion de l'armée de son pays sur cette partie du territoire congolais. 

D’après son récit, à la poursuite d’un individu portant un colis suspect, un militaire rwandais aurait par inadvertance traversé illégalement la frontière et se serait retrouvé du côté congolais. Il explique la situation par le fait qu'il est difficile de reconnaître facilement les limites entre les deux pays dans ce domaine. Il rejette aussi la théorie de l'échange de feu et parle de coups de feu tirés dans les airs par les deux camps.

Tir et déplacement en masse.
Selon des sources indépendantes, tout a commencé avec l'arrestation par l'armée congolaise de deux soldats rwandais qui se sont retrouvés sur le sol congolais de façon illégale. Cela a abouti à un échange de feu qui a conduit à des déplacements massifs de populations congolaises.

Lorsqu'une unité Monusco Blue Helmets est arrivée sur les lieux, la situation s'était déjà stabilisée. Les personnes déplacées ont peu à peu regagné leurs villages depuis lundi après-midi.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article