google.com, pub-6624278383889177, DIRECT, f08c47fec0942fa0

L'économie africaine: La croissance reprendra légèrement, prévient le FMI, avec une croissance de 3,7% en 2021.


22 octobre 2021 - 214 vues

Ceci confirme que la reprise économique en Afrique sera plus lente qu'ailleurs dans le monde. Le Fonds monétaire international (FMI) prévoit une croissance moyenne de 3,7 pour cent pour l'Afrique sub-saharienne en 2021 et de 3,8 pour cent en 2022. Une reprise plus lente que dans le reste du monde donc, où elle atteindra de 5 à 6%. Les contraintes budgétaires mais aussi la faible vaccination expliquent en partie ce résultat, selon le FMI.

Le rapport semi-annuel du FMI, publié le jeudi 21 octobre, s'intitule " A Planet, Two Worlds and Three Realities ". Mais on aurait aussi bien pu l'appeler " Un monde à deux vitesses " parce que le FMI creuse l'écart de plus en plus grand entre l'Afrique et le reste du monde.

Après une récession historique en 2020, le continent recommence à croître. De bonne récoltes et la remontée des cours des matières premières ont permis aux économies africaines de redémarrer, mais « les perspectives sont incertaines », note l'institution, avec ses pudiques expressions de langage.

Parce que l'Afrique manque encore de vaccins contre la COVID-19, pays paralysants. Les politiques publiques pour soutenir l'activité et les populations sont en général trop faibles. Les marges de manœuvres budgétaires le sont aussi. 30 millions d'Africains ont basculé dans l'extreme pauvreté depuis le début de la pandémie, note le FMI, qui souligne au passage les risques de tension sociale et d'instabilité politique.

Cependant, le monde n'a pas attendu sans rien faire. Des bailleurs de fonds et des organisations internationales ont mobilisé. Mais davantage doit être fait, estime le FMI, tant sur les questions de dette que sur le financement des économies africaines. À cet égard, les rapporteurs font valoir que " si les coûts sont élevés, ils seront toujours inférieurs à ceux de l'inaction ".

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article