google.com, pub-6624278383889177, DIRECT, f08c47fec0942fa0

Côte d'Ivoire: enquête sur un viol perpétré par des membres des forces de sécurité.


20 novembre 2021 - 87 vues

Une enquête a été ouverte en Côte d'Ivoire concernant des faits de viols commis par des membres des forces de sécurité, lors d'une opération de lutte contre des sites d'orpaillage clandestin. Selon le député de la circonscription de la localité où auraient été commis les faits, cinq femmes ont été violées en début de semaine dans le village de Lagbo, au nord-est de la Côte d'Ivoire, près du Burkina Faso.

Ces manifestations ont eu lieu dimanche 14 et lundi 15 novembre. Une unité du Groupe spécial de répression de l'exploitation minière illégale d'or est entrée dans le village de Lagbo, au nord-est du pays. D'après le député Noufé Sasan, élu du département de Doropo, les habitants ont fait l'objet d'une "expédition punitive".

« Constater de moi-même l’ampleur des dégâts »

« L’atrocité et la violence avec laquelle cette opération s’est menée ont obligé le député que je suis à me rendre sur les lieux pour constater de moi-même l’ampleur des dégâts. Malheureusement, j'ai eu l'occasion de voir ces commerces, ces boutiques, au bord du pillage. J’ai vu des résidences cambriolées et j’ai entendu des témoignages des habitants disant avoir perdu beaucoup de biens matériels et même de l’argent en espèces ».

Plus grave encore, selon le député, cinq femmes ont été violées par des éléments des forces de sécurité: « L’inadmissible, l’intolérable, ce sont ces viols en réunion perpétrés sur des femmes de ce village. Nous avons saisi les autorités compétentes de notre pays. Des enquêtes seront ouvertes. Les responsabilités seront mises en place et je n'ai aucun doute que des sanctions seront prises. "

Les faits sont « avérés »

Selon une source qui se trouve à proximité de l'affaire, les faits sont " prouvés ". Une enquête approfondie est en cours. Le procureur Bouna s'est rendu dans cette zone, elle aussi menacée par le terrorisme. D'après les experts, les tensions entre les forces de sécurité et les populations constituent un facteur aggravant de la diffusion des activités terroristes.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article