google.com, pub-6624278383889177, DIRECT, f08c47fec0942fa0

Côte d'Ivoire : Lambert Amon Tanoh, le "père de l'école ivoirienne", décède


14 janvier 2022 - 48 vues

En Côte d'Ivoire, le jeudi 13 janvier dernier, nous apprenions le décès de Lambert Amon Tanoh. Ancien ministre emblématique de l'Éducation de Félix Houphouët-Boigny dans les années 1960, il mène aussi une longue carrière de syndicaliste. Il est décédé de la COVID‑19 à 96 ans.

Lambert Amon Tanoh a débuté sa carrière à la fin des années 1940 à Bingerville en tant que professeur et syndicaliste. Activiste du PDCI, il fait partie des artisans du Syndicat national des travailleurs de Côte d'Ivoire.

À 31 ans, il est nommé député de Félix Houphouët-Boigny.Lambert Amon Tanoh faisait partie de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire le 7 août 1960 lorsque le premier président ivoirien proclama l'indépendance de son pays.

Toujours syndicaliste, il est à la tête du regroupement des quatre grandes centrales en une seule UGTCI en 1962, dont il est le premier secrétaire général. L'année suivante, Lambert Amon Tanoh est nommé ministre de l'Enseignement national. Un portefeuille qu'il a tenu jusqu'en 1970.

De la télévision aux uniformes de jeunesse

L’ex-instituteur bâtit de nombreux collèges et lycées, instaure les cours à la télévision. Une façon, a-t-il déclaré, de généraliser l'enseignement et de combler les lacunes de certains enseignants. C'est également à lui que les jeunes ivoiriens doivent se rendre à l'école habillés d'un uniforme.

L'homme souvent qualifié de " père de l'école ivoirienne " n'a pas épargné ses critiques du système éducatif ivoirien actuel, déplorant notamment l'abandon de la formation des enseignants.

Vous ne pouvez pas réunir 120 élèves en une seule classe. " Le surpeuplement est un chômage programmé ", a-t-il déclaré au microphone il y a un an et demi. 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article