La Côte d'Ivoire prend part à la 61ème session du Conseil international du sucre à Londres

23 novembre 2022 à 13h03 - 85 vues

L’Organisation Internationale du Sucre (OIS) se réunit à Londres, au Royaume-Uni, à l’occasion de la 61ème session du Conseil, du 22 au 25 Novembre 2022, et est présidée par S.E. Monsieur Jikoto Tikolevu des Iles Fidji.

L'OIS est un organe intergouvernemental, fondé en 1968, pour l'administration des litiges relatifs aux accords internationaux sur le sucre, dont le dernier en date est l’Accord International de 1992. Son rôle consiste à favoriser le commerce et la consommation de sucre, suivre l'évolution du marché mondial du sucre et élaborer des politiques nationales sur le sucre.  

Basée à Londres, l'Organisation internationale du sucre compte 89 États membres représentant 87% de la production mondiale de sucre, 68 % de la consommation de sucre dans le monde, 92 % des exportations et 40 % des importations dans le monde. La Côte d’Ivoire participe de façon active aux réunions de l’OIS, dont elle est membre depuis le 23 mars 1993.

La 61ème session du Conseil devra entendre une communication du Directeur Exécutif relativement aux Etats Membres qui ont obtenu une approbation pour les modifications proposées à l’Accord International sur le sucre de 1992, de plus, cette session sera précédée par le 31e séminaire international sur le sucre, qui portera sur :<>.Par ailleurs, le Conseil devra examiner le projet de programme de travail 2023 du comité d’Evaluation du Marché, de la consommation et des statistiques (MECAS) et approuver le projet de budget 2022/20223 de l’Organisation.

C’est le lieu d’indiquer que la Côte d’Ivoire qui a adopté un plan de développement sucrier 2017-2023, un programme ambitieux pour assurer l'autosuffisance en sucre, entend profiter des expériences fructueuses des autres membres dans le développement durable du secteur du sucre, ainsi que des opportunités de coopération offertes et facilitées par l’OIS. A cet effet, le Comité d’Evaluation du Marché et de la Consommation et des Statistiques (MECAS) présentera deux études à savoir : l’Agriculture Climato-intelligente ainsi que le secteur sucrier et les rendements agricoles et industriels du secteur sucrier.

L’agriculture climato-intelligente (ACI) fait partie intégrante du programme de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et ce depuis déjà plusieurs décennies. Le programme est axé sur les trois principaux résultats de l'ACI, tout en revoyant sa mise en œuvre à l'échelle locale. L’ACI s’inscrit plus dans un cadre stratégique ces dernières années (dont la version 2022-2031 est la plus récente), axé autour du principe des « quatre améliorations », à savoir améliorer la production, la nutrition, l’environnement et les conditions de vie pour tous. Cette approche témoigne du caractère interdépendant des dimensions économique, sociale et environnementale.

En outre, dans le cadre d’une récente publication d'études de cas1 en 2021,l'agence a élargi cette approche en se concentrant sur cinq points d'action, qui revêtent une importance cruciale pour assurer la bonne mise en œuvre de l’ACI, à savoir: élargir la base de données probantes, soutenir un cadre politique favorable, renforcer les institutions nationales et locales, améliorer les possibilités de financement et de mise en oeuvre des pratiques sur le terrain.

La présente étude passe en revue les trois résultats attendus qui font partie intégrante de l'agriculture climato-intelligente (ACI), à savoir la recherche de rendements supérieurs, la résilience face au changement climatique et le coût des cultures en termes d'émissions de gaz à effet de serre. Les réponses à ces recherches seront en mesure de guider les gouvernements nationaux et les producteurs vers une réévaluation complète de l'industrie agronomique et d'appuyer l'établissement d'une approche climato-intelligente pour l'avenir. Quant à la deuxieme étude, l’'un des principaux défis auxquels l'agriculture et l'agro-industrie mondiales sont aujourd’hui confrontées est d’assurer un approvisionnement adéquat en aliments sains et nutritifs à une population mondiale croissante, tout en assurant la durabilité de l'ensemble du processus de production afin de contribuer à la lutte contre le changement climatique à travers l'adaptation et l'atténuation.

Dans un monde où les ressources sont rares, l’optimisation de l’utilisation des terres et des intrants pour produire toujours plus avec moins de moyens revêt une importance capitale pour garantir la sécurité et la disponibilité alimentaires, tout en préservant l'environnement. D'où l'importance d'accroître la productivité dans tous les secteurs agroalimentaires, y compris le secteur sucrier. Enfin, il est à noter que la délégation ivoirienne est dirigée par l'Ambassadeur Aly TOURÉ, représentant Permanent de la Cote d’Ivoire auprès des Organisations internationales des Produits de Base.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article