Sénégal : la justice confirme l'inculpation en première instance de Barthélémy Dias

21 September 2022 à 17h02 - 114 vues

Le destin de Barthélemy Dias est fixé ce mercredi 21 septembre. La justice sénégalaise a confirmé le jugement de première instance dans l’affaire de la mort par balle de Ndiaga Diouf, en 2011, à la mairie de Mermoz-Sacré Cœur, dans un contexte de violences pré-électorales à l’époque.

Barthélemy Dias, aujourd’hui maire de Dakar et député d’opposition, avait été condamné dans cette affaire en 2017 à deux ans de prison, dont six mois ferme pour « coups mortels », une peine déjà purgée. Barthélemy Dias était absent ce matin au palais de justice lors de la lecture du délibéré. La décision est tombé vers 9h TU. Un important dispositif de force de défense et de sécurité était déployé aux abords du tribunal. Les entrées étaient rigoureusement filtrées, mais finalement, il n’y avait pas foulé dans la salle d’audience.

Les députés de l’opposition Yewwi Askan Wi avaient promis de venir en masse soutenir leur collègue. Cela n’a pas été le cas. Des proches du maire de Dakar, des adjoints notamment, étaient bien là, mais sans leurs écharpes tricolores.

La première conséquence de cette décision pour Barthélemy Dias est avant tout sa liberté.Lors de son procès en appel en mars, le Parquet avait requis cinq ans de prison ferme, ce qui aurait donné un coup d’arrêt à son parcours politique. Mais Barthélemy Dias ne retourne pas en prison.

Pour les implications pratiques de cette décision, Barthélemy Dias, en tant que maire de Dakar « n’est pas menacé ». C’est ce qu’a affirmé l’un de ses avocats, Me Cheikh Koureyssi Ba à la sortie du tribunal tout à l’heure. Donc ça ne change rien, il reste à l’hôtel de ville.

Vers un pourvoi en cassation

D'autre part, compte tenu de la poursuite de la condamnation, « il pourrait perdre son mandat de député », a dit l'avocat. « La première parade, c’est donc d’initier un pourvoi en cassation », à poursuivre Me Koureyssi Ba, le pourvoi étant suspensif.

L’un de ses proches, Bassirou Samb, ajoute que cette décision n’est pas un soulagement. « Cela reste une injustice », selon lui. Comme sa défense nous l'a rappelé : par principe, Barthélemy Dias demeure reconnu coupable de « coups mortels » pour cette affaire qui remonte à plus de dix ans.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article